______________________________________________________________________________

__________________________________________________________________________________

les Pussifolies 2016

La huitième édition des Pussifolies s'est déroulée sous un ciel incertain. Cette météo changeante, scrutée avec beaucoup d'intérêt par les artistes, les a obligés à s'adapter à la situation, et en a sans doute incité certains à finir le plus tôt possible, quitte à simplifier leur projet initial, pour ceux qui en avaient!

Le public s'est montré dès le matin, puis est venu en nombre dans l'après-midi, admirer les œuvres en cours d'élaboration et discuter avec les artistes.

Heureusement, après une dernière averse sur le coup de 17h, le soleil s'est montré pour le jugement et le palmarès, proclamé par Dominique Brunet.

Une douzaine de "nouveaux" étaient venus cette année se mesurer au challenge de peindre en public une toile de 2m*4m, en acrylique pour que cette œuvre résiste aux intempéries le temps d'un été en plein air, et peut-être plus longtemps! On a pu retrouver des "habitués", dont on reconnaît avec plaisir les thèmes et le style, mais certains ont aussi montré une évolution soit du thème soit de la technique!

Il n'y avait pas de thème imposé cette année, et chacun a pu choisir le sien, souvent en reprenant des habitudes antérieures.

A noter les amateurs de portraits, quelques peintures abstraites, et une influence du street art, dont les auteurs commencent à être reconnus en temps qu'artistes, ainsi qu'une démonstration de peinture "en musique".

Une trentaine de stands abritaient des expositions d'artisans ou d'intervenants culturels, à noter en particulier une installation sur le thème des migrants, dans l'église.

Et bien entendu la buvette et le four à fouées complétaient la restauration proposée sur place, avec une organisation toujours à la hauteur!

 

Les nouveaux venus nous ont exprimé leur motivation et leur démarche.

Alain Lapoujade

Je suis autodidacte. J'ai fait beaucoup de peinture très classique pour apprendre surtout l'ombre et la lumière. Le grand format c'est "sport loisir". J'aime bien ce que font les gens dans la rue, qui travaillent dans l'urgence, avec spontanéité et efficacité.

J'essaie de simplifier ma palette: j'ai apporté du noir et du bleu.

Pas de thème. Je vais mélanger.

Animalier, anthropomorphisme, surréalisme, fantastique, les gens s'approprient l'histoire. Je ne suis pas psy!

Caroline Rieux

 

Je suis de Siran, près de Loches.

J'avais envie d'être là malgré la pluie, de rencontrer tout le monde et de voir les gens.

Je me fais plaisir.

J'adore peindre des portraits, révéler l'étincelle des gens. Celui-ci, c'est une rencontre que j'ai faite au Sri-Lanka.

Felix-Vicent Pareja

 

Je suis ici par le biais d'un encart dans la Revue de beaux-arts. On m'a repêché après un désistement.

J'ai cherché une idée qui s'adapte à ce village.

Je me suis demandé cette nuit ce que je ferai.

C'est une démonstration de dessins, tels que je le conçois, à chacun d'assimiler, de s'attarder , ou pas. L'essentiel est de proposer des images.

Frédérique Clément

Je viens d'Orléans. J'ai découvert les Pussifolies par hasard, en me baladant sur le net. J'ai envoyé un mail.

Il n'y a pas de thème, je n'ai rien préparé, c'est en arrivant devant la toile.

Le grand format ne me fait pas peur.

Je ne sais pas à quoi ça ressemblera. Je peins abstrait.

C'est un peu différent au point de vue technique, d'habitude je peins à l'huile. C'est une initiative qui me plait bien.

Gaëtan Deffontaines

 

Je viens d'un endroit entre Chateauroux et Chatellerault.

Je fais du graffiti, des lettrages. Je peins d'abord les fonds à la bombe, et je finis au marqueur.

Je fais aussi des personnages.

Le grand format ne me dérange pas, j'ai un atelier où je peins sur les murs.

Gil KD

Je suis artiste peintre. Je peins des femmes depuis au moins 4 ans, des femmes sensuelles, pas des potiches. Sur toile, je mets un enduit mural, sur un fond, je mélange de la poudre de tuffeau, je peins par dessus.

Je suis tombée amoureuse des pinceaux en caoutchouc, ça donne de l'élan, de la nervosité au tracé.

Je peins dans la rue. J'aimerais bien que le street art soit un peu plus reconnu.

J'ai fait un graffiti sur le hangar de Ciné off: ils ont mis un petit panneau disant "on adore, on a demandé à la Mairie de ne pas effacer, s'il vous plait, continuez". Il y a 8 m de mur. Du coup j'ai fait un énorme colibri, très coloré. Il me reste quatre mètres à faire.

Isabelle Florent

Je suis peintre en décor, et peintre en bâtiment. Je travaille beaucoup en moyen format, sur tout support, à l'acrylique.

C'est la première fois que je me fais la main sur un grand format en direct.

Je suis partie sur un fond marin, sur une tortue de mer, car je pense qu'il est grand temps de sauver la planète. Sur le thème des pirates, j'ai amené quelques pièces d'or...

Je suis très heureuse d'être ici, je remercie les gens.

Marie-Noëlle Nisseron

 

Je suis de Boussais, près de Preuilly sur Claise.

Je travaille beaucoup sur les grands formats. D'habitude je fais des portraits.

Je vais faire une femme qui suspend du linge.

La pluie ne me gêne pas. J'espère que je vais être à la hauteur.

Je veux faire ressentir le vent et la lumière.

Nice Art

 

Nous faisons des pochoirs depuis 1986, surtout dans la rue.

Sur un mur moche, avec un petit truc il devient beau.

Des communes font appel à nous depuis 3-4 ans, les gens aiment ça.

Le temps peaufine l'œuvre, apporte une patine, une altération.

Ici nous rendons un hommage au Douanier Rousseau

Rachel Guérineau

C'est Morgan Gaborit qui me parle des Pussifolies depuis 3-4 ans. Cette année je suis majeure.

Je n'ai jamais fait de format aussi grand.

J'ai choisi quelque chose d'assez simple comme du coloriage mais qui ait de l'impact.

Je me dirige vers le cinéma d'animation. Je suis vraiment très "dessin".

Ce sera un singe avec son bébé, un singe pas très réaliste, avec un jeu de contraste pour faire ressortir le singe au final.

Sonia Chesneau

 

Je fais des portraits aux couleurs vives.

J'essaie de jouer sur l'expression des yeux, de la bouche, à la fin.

J'ai fait un croquis, il a l'air pas trop mal, mais il y aura des retouches à faire, sur les proportions.

Véronique Fuzeau

 

Je travaille surtout le portrait, sur l'empathie, l'éthique humaine.

Jusqu'à présent je le fais chez moi, pour moi. J'ai besoin maintenant de m'ouvrir un peu plus, voir les expositions, augmenter mon temps, devenir artiste à part entière.

Je suis partie d'une photo de ma fille. Je vais partir sur le corps, après c'est mon imagination, c'est la pose qui m'intéressait.

Peinture en Musique

Mathieu Avolio

Le Palmarès

 

 

 

 

 

Premier prix

 

 

Yves De Smet

 

 

 

 

 

 

Deuxième prix

 

 

Mathieu Avolio

 

 

 

 

 

 

 

Troisième prix

 

Fabienne Monestier

 

 

 

 

 

Prix du public

 

Isabelle Florent

Le Public

Les Tableaux

__________________________________________________________________________________

les Pussifolies 2015

La 7ème édition des Pussofolies s'est déroulée le 14 juin avec des conditions atmosphériques qui n'était pas idéales. Le début de matinée s'annonçait mal avec une petite pluie qui obligea les artistes à se protéger et à protéger les toiles avec les moyens du bord : bâches, cirés, parasol.


Mais les 30 artistes sélectionnés étaient tous là et s'adaptaient à la situation. Le problème le plus important était le séchage de la première couche : les uns attendaient patiemment, d'autres utilisaient divers moyens dont le sèche-cheveux. Certains intégraient les coulures dans leur projet. Heureusement la pluie s'arrêta en milieu de matinée et si le temps est resté couvert avec quelques apparitions de soleil, on ne retrouva pas la pluie. Malgré ce temps, public était venu nombreux, surtout l’après-midi.

Nouveauté cette année, un thème était imposé aux artistes : " Clin d'œil au cinéma" . Le thème était assez large et les artistes s'en sont bien accommodés. On a pu voir ce que représentait pour les 30 artistes l'univers du 7ème art, soit des films ou des acteurs qui ont marqué leurs jeunesse, soit la technique, de la chronophotographie à la caméra, ou l’environnement, depuis les spectateurs devant l'écran jusqu'au pop-corrn et à Jean Mineur. C'était d'ailleurs pour le public un petit jeu de deviner ce que l'artiste allait suggérer.

Sur les 30 peintres 12 étaient des nouveaux. 8 d'entre eux nous ont exprimé leur motivation et leur démarche ainsi que 2 anciens.

Nina Minizen 

J'ai jamais fait de grand format. J'avais déjà fait du graff sur mur mais pas de toile gigantesque. Pour moi c'est une performance, un défi. J'espère remplir le but que je m'étais fixé, à savoir cette grande toile. Et le thème me plaisait en plus, j'aime bien les thèmes car ça nous oblige à réfléchir. Je fais beaucoup d'art africain avec des sequins ou des tziganes; du coup ce clin d'œil au cinéma, ça m’a obligée de travailler autrement, sur la caméra par exemple, je me suis pris un peu la tête pour la dessiner et j'espère la réaliser aujourd'hui et respecter les proportions.

Je suis autodidacte et mon souci c’est les proportions. J'ai toujours tendance à aller dans le mouvement. Cette toile quand on arrive dessus, elle nous aspire. Il faut avoir de la retenue, il faut mesurer, il faut que ce soit équilibré. Pour l'instant j'en suis au dessin et j'espère faire une belle réalisation avant la fin de la journée.

Sébastien Levigne 


Le thème me plaisait bien, car je travaille souvent les personnages en noir et blanc. Le sujet que je vais faire aujourd'hui c'est plus un clin d'œil pour les films qui ont été majeurs pour moi pendant mon enfance, mon adolescence. J’ai travaillé autour de 3 films qui m'ont touché. Ce n'est pas tellement le format qui est gênant mais le temps qui est imparti.

Camel Nehdi 


Pour la thématique cinéma, je vais essayé de faire une foule dans une salle de cinéma qui regarde un écran. Je suis en train de faire le dessin préliminaire. C'est un peu difficile parce que ça coule, mais on va y arriver. En tous les cas je vais m'adapter.

Sylvie Baudouin 


Par rapport au thème du cinéma, j'ai cherché pas mal, je n'ai pas trouvé quelque chose qui corresponde vraiment à ce que je fais, mais le thème est assez large. Je suis partie sur un film de Wim Wenders sur Pina Bausch.

Bernard Merigot 


J'ai cherché un moment, finalement je suis tombé sur les Tontons flingueurs car ça me permettait de faire une construction horizontale. Il y a eu beaucoup de dessins de faits sur ce thème-là, des caricatures en général. Je vais essayer de mettre les 7 personnages, donc là il n'y en a que 2, je ne sais pas comment je vais continuer, mais c'est les 2 principaux. J’ai choisi ce thème-là, car c'est bien approprié au format qui nous est soumis. D'habitude je prends toujours des formats verticaux, et là j'ai cherché à combler tout l'espace. Je ne sais pas si je vais y arriver car je vais rajouter 5 personnes.

Konu



Le format, c'est un format pas particulièrement grand car je suis graffiste et du coup j'ai l'habitude de peindre sur des grands formats. Aujourd'hui c'est un peu compliqué, ça freine le travail. Pour moi le thème ne me pose pas trop de problème puisque le graffitisme, c'est de l'illustration. J'ai fait un Jean Mineur avec un King Kong.

Frédéric Jallot 

J'ai déjà fait plusieurs grandes pièces dans le cadre du festival Aborigène, mais c'est la première fois que je fais en 8 heures de temps, advienne que pourra. C'est une interaction du public avec le cinéma. Je pars à la base d'une démarche figurative; j'ai l'habitude de partir d'un dessin, je rêve et je le pose et petit à petit. J’ai commencé à travailler avec un ami burkinabé, on a organisé des résidences. Du coup il travaille de façon très instinctive et moi j'ai l'habitude de suivre une idée et petit à petit nos styles se sont un peu mélangés. Du coup je pars sur une base donnée et elle bouge beaucoup.

Frédéric Sagot 

Le cinéma, c'est un domaine qui me plait beaucoup, j'ai décidé de m'inscrire et je me suis dit que c'était un challenge de faire pour la première fois une toile de 4m sur 2. Je me suis demandé ce que représentait pour moi le cinéma, c'est vrai que c'était des pop-corn et tout ça, mais avant tout la file d'attente. Donc je me suis dit pourquoi pas faire une file d'attente vue presque au ras du sol et on suggère des personnages de fiction ou mêmes réels comme Al Capone, Superman, il y aura Marylin, il y aura sûrement le robot de R2D2 qui se trouve juste en dessous et c'est juste suggéré avec leur silhouette et je me suis dit que ça serait pas mal. La technique, c'est juste la peinture à l'acrylique avec du stylo pour donner les grandes lignes de perspectives

Franck Boucher 

Ici, vous êtes à Time Square, qui est un point central du cinéma dans le monde. C'est là où il y a le plus de salles de cinéma dans un seul quartier, des grands affichages, des grandes affiches. C'est un hommage à Charlie Chaplin et Buster Keaton qu'on va retrouver pendu là-haut. On va retrouver Charlie dans les grandes affiches et en plein milieu une caricature " je suis Charlie" et en bas je vais écrire que je ne peux pas rester muet; Charlie ne peut plus rester muet. C'est pour cela que c'est en noir et blanc. Normalement ça aurait du être en noir, j'aurai du peindre du blanc dessus et gratter le blanc au fur et à mesure mais comme le noir ne va jamais sécher, j'utilise le blanc de la toile.

Driss Agabsi 

 

Je suis parti sur une idée que j'affine au cours de la journée j'ai marqué "Affichage" et présence s croisées. Il va y avoir ne présence et un petit clin d'œil qui va venir par la suite. Je cherche à représenter une sorte de cité, des murs et après ce petit clin d'œil sous forme d'affichage qui va se faire à la manière par exemple d'Ernest Pignon, de Rimbault quand il affiche sur des murs.

Les Primés

 

 

 

 

 

 

Premier prix

et

Prix du public

 

François-Xavier CHANIOUX







Deuxième prix


Camel NEHDI







Troisième prix


Franck BOUCHER

Les 30 tableaux

Le public

__________________________________________________________________________________

Pussifolies 2014.pdf
Document Adobe Acrobat 4.0 MB

___________________________________________________________________________________

Les Pussifolies 2013

Pussifolies 2013.pdf
Document Adobe Acrobat 4.8 MB

                                     ___________________________________________________

Les Pussifolies 2012

Pussifolies 2012.pdf
Document Adobe Acrobat 5.8 MB

                                      ___________________________________________________

Les Pussifolies 2011

Pussifolies 2011.pdf
Document Adobe Acrobat 8.3 MB

                                     ____________________________________________________

L'association les Pussifolies

L'association les Pussifolies a été créée en 2006; son but est la promotion de l'art, la culture et la gastronomie en milieu rural. Elle est aujourd'hui composée de 16 membres et de nombreux "sympathisants".

En ce qui concerne le concours du Grand format qu’elle organise depuis cinq ans, l’association prend en charge la réalisation des toiles(fabrication de châssis et tension de la toile), leur mise en place dans les rues .

Elle assume bien évidemment la communication(TV, radio, journaux,...), la sélection des artistes et exposants et la "maintenance" des oeuvres jusqu'au 30 septembre.